Jeudi 28 septembre 3 e étape DEBA

Publié le par MarLo

DEBA Gare notre albergue, halte historique des pèlerins

DEBA Gare notre albergue, halte historique des pèlerins

Bon, elle est facile , mais il n'y a pas eu de discussion pour s'arrêter à DEBA, qui est donc clos. 

Petit  retour sur notre arrivée triomphale mardi à San Sebastien devant les caméras du festival. C'est Monica Belluci qui nous courait après pour nous dire bonjour, mais on ne l' a pas reconnue. Elle décroche le prix d'interprétation féminine.

Cette étape ressemble à la précédente du point de vue profil. Départ altitude 0 en bord de mer, on commence par prendre une volée ....d'escaliers pour sortir de la ville, poursuivie par un montée abrupte vers un "point haut" où se situe la première "ermita" du jour, puis on continue par une petite route cimentée qui nous mène à un col à 300 m, peut être pas très haut, mais sportif, pour redescendre par une magnifique " calzada" ( sentier pavé d' époque ) vers le prochain village  en bord de mer. Deuxième phase, même montée, mais la descente se fera à l'intérieur pour passer sur l'autoroute et remonter vers une nouvelle ermita. Tout ça pour de magnifiques paysages d'arrière pays qui valent bien ces efforts.

Nous ne sommes plus du tout seuls sur notre chemin, nous commençons à nous familiariser avec d'autres pelerins, mais il y a le barrage de la langue, et il faut le dire, des modes de fonctionnement et de progression très différents, chacun fait son propre chemin. Nous respectons donc chaque personne rencontrée, mais nous nous amusons parfois. En particulier, deux " gazelles espagnoles", que nous voyons depuis trois jours, habillées à l'identique en tenue sport flashie, une par jour, bleue , orange , noire aujourd'hui , qui font de la marche sportive, sans sac. On les voit deux fois par jour, quand elles nous dépassent en coup de vent le matin et à 14 h quand on les voit atablées au restaurant du village où on arrive pour pique-niquer. On ne voit pas la coquille, elle est accrochée sur le sac à dos qui attend à l'arrivée ...chacun son chemin !

Demain, pour ne pas être trop long dans  cet article, notre première albergue à DEBA.

 

 

 

Lever de soleil sur GETARIA ( les gazelles espagnoles dorment encore)

Lever de soleil sur GETARIA ( les gazelles espagnoles dorment encore)

Fronton de village, on est bien au Pays Basque

Fronton de village, on est bien au Pays Basque

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article